Mot du Président Fondateur

Institut Docteur Audit

Mot du Président Fondateur

« Je viens vous inspecter » : voilà une expression assez courante que l’on rencontre parmi les professionnels de l’audit interne. Quelle image renvoient-ils alors ? Certainement l’image d’une fonction autre que la leur. En effet, cette confusion tient au fait que l’audit interne ne se nomme pas toujours ainsi ; d’autres dénominations sont encore utilisées selon les habitudes, les cultures, le poids de l’histoire : « inspection générale », « contrôle général », « vérification interne », « contrôle interne » peuvent couvrir le même concept. Ainsi, il est difficile, pour le commun des mortels, de percevoir ce dont il s’agit réellement.

L’audit interne décèle les difficultés et formule des recommandations aux directions et aux audités pour leur apporter des solutions. Son rôle n’est pas de dénoncer ou d’accuser, mais d’arbitrer les « règles du jeu » de l’organisation, de veiller à ce que ces règles contribuent au développement de l’organisation et surtout de faire pratiquer l’« ARC » (Analyser, Reconnaître et Corriger les problèmes). Ainsi, en aidant l’organisation à anticiper ses problèmes, il se place dans une démarche vertueuse d’amélioration continue.

Par ailleurs, il serait judicieux de rappeler que le temps est révolu où le déclenchement d’un audit interne était reçu par les audités comme un signe de suspicion à leur égard. Aujourd’hui, le regard de l’audit interne, regard particulier mais professionnel, devrait être apprécié comme un examen salutaire, l’équivalent de la médecine sur le corps humain, qui peut être considéré sous un angle préventif, à travers la mise en place de contrôles afin d’éviter l’apparition d’une défaillance (tel un vaccin), ou curatif, à travers l’assistance dans la recherche de solutions à une défaillance repérée (tel un sérum).

On pourrait se demander si qualifier l’audit interne de « médecine organisationnelle » (et le définir comme une profession ayant pour but la prévention des maladies pouvant affecter une organisation, la prescription des traitements en vue de son amélioration et la mise en place des contrôles permettant de préserver sa santé), ou qualifier les auditeurs internes de « médecins », pour ne pas dire « consultants », serait un excès de zèle. Et cela sans rappeler que ce titre de médecin renvoie une image appropriée du rôle d’un auditeur interne dans une organisation, laquelle est confrontée à toutes sortes de maladies organisationnelles (qui peuvent être définies comme des dysfonctionnements susceptibles de nuire au correct fonctionnement d’une organisation, voire compromettre sa survie).

Ainsi, se définit l’objectif de l’Institut Docteur Audit en sigle IDA qui est de promouvoir une nouvelle vision, conception de l’audit interne : la médecine organisationnelle.


Bienvenue dans la grande famille des auditeurs-médecins